• Home
  • Data privacy
  • Protection des données personnelles : vers un « Cyberscore » generalisé ?

Protection des données personnelles : vers un « Cyberscore » generalisé ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

 

Le sénat français a adopté un projet de loi « Cyberscore » calqué sur le Nutriscore pour certifier le niveau de protection des données personnelles des outils. Même Apple se dirige vers la même direction.

Laurent Lafon, auteur du projet de loi et nouveau président centriste de la commission de la Culture, s’est inspiré du système d’étiquetage nutritionnel Nutriscore, qui cherche à alerter les consommateurs sur les valeurs nutritionnelles. La proposition est motivée par l’intensification de l’utilisation des outils numériques pendant le confinement.

Le cyberscore pourrait permettre aux utilisateurs d’être plus informés sur le traitement de leurs données personnelles. En fait, le RGPD a certainement apporté des nouveautés dans le cadre du traitement des données en imposant aux entreprises de nombreuses obligations.

En revanche, les utilisateurs restent toujours mal informés sur l’utilisation de leurs données. C’est pour cela qu’un cyberscore pourrait exiger plus de transparence sur le traitement des données personnelles des consommateurs. Plus spécifiquement, le texte du projet de loi prévoit « un diagnostic de cybersécurité dont les indicateurs sont fixés par décret et effectués par des organismes dont la liste est établie par décret. Sa durée de validité est également fixée par décret ».

Le périmètre d’application de la loi fait encore l’objet de discussions. Les sénateurs envisagent une application généralisée (« à tous les services numériques ») et le gouvernement, à l’inverse, propose une application pour les plateformes ayant au moins cinq millions de visiteurs par mois.

 

                                        Les nouveaux indicateurs exigés par Apple

 

Même Apple est en train s’engager sur ce chemin. Les applications tournant sur les terminaux de l’entreprise californienne devront désormais afficher les types de données qu’elles veulent recueillir auprès des utilisateurs, similairement au Nutriscore. Apple demande aux développeurs d’ajouter ces informations sur chaque application d’ici le 8 décembre.

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :