• Home
  • Data regulation
  • L’intrusion des écoles dans la vie privée des étudiants désormais sanctionnée

L’intrusion des écoles dans la vie privée des étudiants désormais sanctionnée

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La semaine dernière, un juge fédéral a déclaré qu’il était inconstitutionnel pour une université de l’Ohio de scanner virtuellement la chambre d’un étudiant avant qu’il ne passe un test à distance, une décision qui pourrait affecter la façon dont les écoles utilisent les logiciels de télésurveillance popularisés pendant la pandémie de Covid-19.

En effet, une enquête d’Educause a révélé qu’avec la pandémie mondiale de 2020, les étudiants ont été victime d’un grand nombre d’atteintes à leur vie privée par les écoles. 

Ainsi, il est désormais devenu pratique courante que certaines écoles enregistrent les étudiants tout au long des tests à distance afin d’empêcher la tricherie, tandis que d’autres effectuent des scans de la salle au début du test.

Un étudiant de l’université d’État de Cleveland, Ogletree, a été invité à scanner sa chambre à l’aide d’une webcam avant de passer un test de chimie en ligne au cours du semestre de printemps 2021. Il a tenté de s’opposer à la demande en argumentant avoir étalé sur une surface des documents fiscaux sensibles, mais a finalement obtempéré. 

Après le test, Ogletree a poursuivi l’État de Cleveland pour violation de ses droits au quatrième amendement, et le juge de l’Ohio J. Philip Calabrese a décidé le 22 août qu’Ogletree avait raison : la pratique de balayage des pièces ne constitue pas seulement une atteinte à la vie privée, mais aussi une violation de la protection garantie par le quatrième amendement contre les fouilles illégales dans les foyers américains.

« Bien que les écoles puissent utiliser couramment la technologie à distance pour regarder dans les maisons sans objection de la part de certains, de la plupart ou de la quasi-totalité des étudiants, il ne s’ensuit pas que d’autres ne pourraient pas s’opposer à l’intrusion virtuelle dans leurs maisons ou que l’utilisation courante d’une pratique telle que les scans de chambres ne viole pas un intérêt pour la vie privée que la société reconnaît comme raisonnable, à la fois en fait et en droit »a déclaré le juge.

L’avocat des droits civils Matthew Besser, qui représentait Ogletree, a décrit la décision comme un cas historique sur le blog de son cabinet : « Cette affaire semble être la première du pays à considérer que le quatrième amendement protège les étudiants contre les fouilles vidéo déraisonnables de leur domicile avant de passer un test à distance. »

Autrement dit, selon Besser, la protection de l’intégrité des tests est un intérêt légitime mais ne justifie pas d’enfreindre au respect de la vie privée. 

Pour autant peut-on espérer que cette affaire poussera les écoles à déployer des pratiques qui ne soient pas intrusives pour la sécurité des étudiants ?

 

By Mélissa Walehiane

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :