• Home
  • Média
  • Le monde du e-commerce adhère-t-il au TCF comme les médias ?

Le monde du e-commerce adhère-t-il au TCF comme les médias ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Avec l’arrivée de la version 2 du TCF de l’IAB, de plus en plus d’éditeurs décident de se doter d’une CMP conforme au protocole développé par l’association publicitaire. Mais la tendance des médias est-elle suivie également par les sites d’e-commerce ?

Au plus tard le 14 août 2019, la date limite choisi par l’IAB pour l’adoption de la nouvelle version de son protocole, tous les développeurs avaient mis à jour leur CMP pour le TCF v2.0.
Le nombre de finalités (les purposes) est passé de 5 à 12 avec le but d’offrir plus de précision et de granularité pour définir la finalité de la collecte de données.
De plus, le TCF v2.0 a introduit la notion d’intérêt légitime comme base légale. Désormais, les éditeurs ont à disposition pour certaines finalités une base légale autre que le consentement.
Toutefois, la nouveauté la plus importante apportée par la nouvelle version est l’adoption du Transparency and Consent Framework par Google. C’est pourquoi aujourd’hui, un éditeur qui souhaite travailler Google et sa « famille » doit recourir à un CMP conforme à la version 2 du Transparency & Consent Framework.
Cela explique peut-être la raison pour laquelle on constate aujourd’hui que la presque totalité des 100 principaux media français adoptent une consent management platform qui adhère au TCF v2.0.
Plus précisément, on pouvait voir au 28 novembre 2020 que 62,8 % des sites media français adoptent Didomi, qui est la CMP la plus choisie.
                                                              La division du marché média entre les principales CMP
En revanche, le monde du e-commerce français ne suit pas la même tendance que les médias. Avec l’exception de Cdscount, Leboncoin, Vinted, Rakuten, Decathlon, Intermarché et Amazon, le reste des 100 sites d’e-commerce plus visités en France n’adoptent pas une CMP conforme au TCF 2. On peut expliquer l’écart entre médias et e-commerce par des impératifs différents en matière de monétisation publicitaire entre ces deux secteurs de l’internet.
Tout d’abord, la plupart des sites e-commerce ne monétisent pas les données des visiteurs comme les médias même si des sites comme Amazon ont fortement recours à la publicité pour augmenter leurs revenus.
La majorité des sites d’e-commerce, par conséquent, n’a pas la même nécessité de normaliser les acteurs qui déposent des cookies publicitaires dans leur environnement. Par consequent Ils se sentent encore moins obligés de travailler avec Google. En revanche, les autres sites qui suivent le chemin d’Amazon ont besoin de collaborer avec le géant de Mountain View qui détient la plupart du marché de la publicité en ligne en France et dans le monde.
Cela illustre l’utilité d’avoir une CMP conforme au TCF, notamment après l’adhésion de Google au protocole de l’IAB !

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :