L’Australie est confrontée à un avenir sans Google

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le géant menace de se débrancher du pays après un litige avec le gouvernement australien. 

Google conteste un projet de loi qui obligerait l’entreprise (et Facebook également) à verser aux éditeurs australiens une rémunération pour les contenus d’actualité.
La menace explicite de Google est la suivante : changez le projet de loi, ou autrement nous allons quitter votre pays. 
Le même problème auquel est confrontée l’Australie s’est posé dans plusieurs pays, comme par exemple en France. En revanche, Google y a conclu des accords avec les éditeurs sur les droits voisins, qui permettent d’exiger une compensation par les plateformes qui montrent des extraits d’actualités.
La désactivation de ce qui est sans doute le moteur de recherche le plus utilisé du pays, remettrait toute l’Australie à ses rivaux, dont Bing et DuckDuckGo. Ses concurrents auraient à se partager la partie restante du marché, ce qui pourrait considérablement améliorer leur développement et renforcer leur position sur la scène mondiale.
Les travaux préparatoires de cette loi seront engagés par le Parlement australien à partir de la semaine du 15 février, après la recommandation d’une des principales commissions sénatoriales qui a soutenu l’adoption du projet de loi.
De son côté, Google affirme également que c’est grâce à son moteur de recherche que beaucoup d’utilisateurs sont amenés sur les sites des éditeurs, et que le fait d’être obligé de les rémunérer pour afficher des extraits des actualités viole le principe d’un Internet ouvert.
Facebook a déjà affirmé que la nouvelle loi pourrait empêcher les Australiens de partager des actualités sur sa plateforme, si elle est promulguée, ce qui constituerait une étape sans précédent.

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :