• Home
  • Data privacy
  • L’affaire WhatsApp : est-il temps d’adopter une loi globale sur sur le respect au droit à la vie privée ?

L’affaire WhatsApp : est-il temps d’adopter une loi globale sur sur le respect au droit à la vie privée ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

WhatsApp a beaucoup fait parler avec le lancement de ses nouvelles conditions générales, dont les utilisateurs sont tenus d’accepter s’ils souhaitent continuer à utiliser l’application après le 8 février 2021.

La réaction des utilisateurs a été immédiate : le choque dans les jours qui ont suivi l’apparition du message sur leur compte leur demandant de revoir leurs choix de confidentialité et d’accepter les changements prévus dans la nouvelle politique, a mené beaucoup d’entre eux à abandonner la plate-forme.

Les changements proposés par WhatsApp -qui appartient à Facebook – ont été examinés par les médias et les experts. Le point le plus alarmant est que Facebook, en vertu de sa propre politique de confidentialité, aurait accès à des millions de métadonnées de WhatsApp, ce qui en ferait l’une des plus grandes entreprises à collecter, traiter et stocker des big data. 

Si les changements proposés sont acceptés, les informations personnelles seront partagées avec Facebook, et s’ils sont rejetés, les comptes d’utilisateur sur WhatsApp seront supprimés avant la date limite fixée.

C’est pour cela que des millions d’utilisateurs ont abandonné WhatsApp au profit d’autres applications de messagerie. Par conséquent, ce contrecoup a incité Facebook à suspendre les changements de politique proposés jusqu’en mai.

Il s’agit d’une problématique de plus en plus préoccupante qui n’est sans doute conforme aux politiques de protection de la vie privée de nombreux pays, en particulier les pays concernés par le RGPD, le Royaume-Uni et les États membres de l’UE.

Les utilisateurs de WhatsApp dans l’espace européen, ont reçu une politique de confidentialité distincte de celle des autres pays du monde. Les conditions générales fournies aux pays européens ne comprennent pas une section couvrant les données collectées par WhatsApp. Il faut également noter que le partage des données avec Facebook est extrêmement limité pour les utilisateurs européens en raison des protections plus strictes de la vie privée des utilisateurs dans l’UE.

Le manque de réglementation est une véritable source d’inquiétudes en matière de protection des données puisque même s’il y a des qui pays sont en train de développer leurs mécanismes de protection juridique, pour la plupart des autres pays il est difficile de contrôler les GAFAM et manière dont ils traitent les données personnelles.

Il n’est pas trop tard pour agir et introduire dès maintenant une législation solide en matière de protection de la vie privée pour s’assurer que les GAFAM appliquent des conditions générales claires pour dissiper les doutes des utilisateurs.

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :