• Home
  • GAFAM
  • Google se prépare à des licenciements massifs début 2023

Google se prépare à des licenciements massifs début 2023

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Google pourrait être le prochain géant de la technologie à licencier des employés, après que son PDG Sundar Pichai ait fait allusion à d’éventuelles réductions d’effectifs. 

En effet, ces dernières années, l’industrie technologique a connu des milliers de licenciements de la part de grands géants technologiques tels que Meta, Twitter, Amazon, Microsoft. 

Récemment, lors d’une réunion générale, lorsque les employés ont interrogé le Pichai sur les licenciements, il a répondu qu’il était difficile de prédire l’avenir, comme le rapporte Business Insider. Il a ajouté qu’il ne pouvait pas honnêtement prendre des engagements prospectifs à ce sujet.

Il a également déclaré aux employés que l’entreprise s’efforçait de prendre des décisions importantes, d’être disciplinée, d’établir des priorités et de rationaliser lorsqu’elle le pouvait.

Ce n’est pas la première fois qu’il fait allusion à des licenciements. 

Plus tôt en septembre, le PDG avait laissé entendre que des licenciements étaient possibles dans l’entreprise, car il souhaitait rendre celle-ci 20 % plus efficace après des années de recrutement rapide. 

Lors de son intervention à la Code Conference de Los Angeles, M. Pichai a expliqué comment il envisageait de rendre l’entreprise plus efficace dans un contexte d’incertitude économique et de ralentissement général des dépenses publicitaires, dont Google a été le principal bénéficiaire à ce jour, selon CNBC.

Au début du mois d’août, M. Pichai avait déclaré que, bien que l’entreprise ait ajouté 10 000 employés au deuxième trimestre, elle allait ralentir le rythme des embauches pour le reste de l’année. 

La pause d’embauche fait partie de ce ralentissement, a déclaré Google, « pour permettre aux équipes de donner la priorité à leurs rôles et à leurs plans d’embauche pour le reste de l’année. » L’entreprise comptait près de 164 000 employés à la fin du mois de mars.

Selon un rapport du New York Post, la direction des ventes avait menacé les employés d’un « examen global de la productivité des ventes et de la productivité en général. » 

En parlant du secteur de la technologie, selon les données du cabinet de conseil Challenger, Gray & Christmas citées par Bloomberg, 9 587 emplois ont été supprimés en octobre, le total mensuel le plus élevé depuis novembre 2020. 

Le rapport indique également que le nombre total de suppressions d’emplois annoncées par les employeurs américains au cours du mois dernier est en hausse, de 13%, avec 33 843 licenciements à divers postes dans des dizaines d’entreprises.

Des entreprises comme Amazon prévoient de supprimer environ 10 000 emplois. Meta a licencié 11 000 employés, soit environ 13 % de son effectif total. Twitter a supprimé environ la moitié de ses emplois. HP prévoit de supprimer jusqu’à 6 000 emplois au cours des trois prochaines années, car la baisse de la demande d’ordinateurs personnels réduit les bénéfices. Intel supprime des emplois et ralentit les dépenses pour de nouvelles usines dans le but d’économiser 3 milliards de dollars l’année prochaine. Même Apple, qui a surpassé la plupart de ses pairs cette année, ralentit ses dépenses. Il convient alors de s’interroger, est-ce que ce climat d’austérité persistera dans le temps? 

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :