• Home
  • Gafam
  • Google pourrait-il accéder aux données personnelles de la partie averse?

Google pourrait-il accéder aux données personnelles de la partie averse?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Les avocats représentant un employé de Google qui poursuit l’entreprise pour racisme veulent déterminer si l’entreprise est autorisée à visualiser sa communication numérique. Cette affaire a renouvelé les questions sur le pouvoir de surveillance de Google.
Dwayne Cassel, actuellement employé chez Google mais qui a poursuivi l’entreprise[1] il y a presque trois ans, a affirmé que lorsqu’il a signé son contrat avec Google, il a renoncé à « toute attente raisonnable de respect de sa vie privée » sur toute la « propriété de Google » ou tout ce qui est utilisé pour gérer les activités de Google.
De son côté, l’entreprise californienne a refusé de répondre aux questions des avocats de Dwayne Cassel, qui avaient demandé au début de l’année si l’entreprise croyait encore pouvoir accéder à ses données conformément au contrat. Les avocats ont également demandé à Google si les conditions de service de l’entreprise, qui lui permettent d’accéder aux données des utilisateurs pour « protéger Google », lui permettraient d’accéder aux données personnelles des personnes qui ne sont pas des employés impliqués dans l’affaire, y compris le juge.
La requête des avocats de lundi dernier à la Cour Supérieure de Californie de Santa Clara, demande au juge Brian C. Walsh d’imposer à Google de répondre aux questions. Jennifer Rodstrom, responsable de la communication chez Google, a déclaré dans un mail adressé au Washington Post[2] que « Cette motion est totalement infondée. Nous travaillons dur chaque jour pour la protection des données personnelles, et nous n’avons pas – et ne voudrions pas – accéder aux données personnelles de M. Cassel, de son avocat, ou du juge chargé de ce dossier ».
Ce n’est pas la première fois que Google fait face à des accusations de surveillance de ses employés. L’année dernière, l’entreprise avait été accusée d’espionnage pour l’utilisation d’un outil signalant les réunions de salariés[3]. L’affaire Cassel pourrait forcer Google à répondre à une question épineuse qui pourrait ne pas avoir de réponse franche.
[1] H. A. Kanu, Google Uses ‘Bait and Switch’ in Diversity Hires, Worker Alleges, 09/05/19. https://news.bloomberglaw.com/daily-labor-report/google-uses-bait-and-switch-in-diversity-hires-worker-alleges.
[2] R. Albergotti, A Google employee is suing for discrimination. He wants to know if Google can use his data against him, The Washington Post, 22/09/20. https://www.washingtonpost.com/technology/2020/09/22/google-employee-surveillance-lawsuit/
[3] R. Gallagher, Google Accused of Creating Spy Tool to Squelch Worker Dissent, Bloomberg, 23/10/19. https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-10-23/google-accused-of-creating-spy-tool-to-squelch-worker-dissent.

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :