Facebook, désormais trop puissant ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les autorités de concurrence des États-Unis ont déposé une plainte, en affirmant que Facebook avait le monopole des réseaux sociaux et qu’elle devrait se séparer d’Instagram et de WhatsApp.

Plus spécifiquement, la Commission fédérale du commerce (Federal Trade Commission ou FTC) a intenté un procès antitrust contre Facebook pour son « comportement anticoncurrentiel et ses méthodes de concurrence abusives ». Cela inclut son acquisition d’Instagram en 2012 et celle de WhatsApp en 2014. En effet, selon la FTC, Facebook détient aujourd’hui le monopole des réseaux sociaux.
La Commission fédérale du commerce a également déclaré dans sa plainte : « Depuis que Facebook a dépassé son premier rival MySpace et a obtenu un monopole, elle a commencé à le défendre par des moyens anticoncurrentiels. Après avoir identifié deux menaces concurrentielles significatives à sa position dominante, notamment Instagram et WhatsApp, Facebook a décidé de réprimer ces menaces en rachetant les entreprises, reprenant ainsi le raisonnement du PDG Mark Zuckerberg exprimé dans un courriel de 2008, selon lequel « il vaut mieux acheter que concurrencer » ».
En effet, ce n’est pas la première fois que la FTC enquête sur Facebook. Dans un premier temps, La Commission fédérale du commerce avait commencé son enquête sur les politiques de confidentialité de Facebook en mars 2018, qui a abouti à une amende de 5 milliards de dollars.
Bien qu’il s’agissait de la plus grosse amende jamais infligée à une entreprise de la tech, elle ne représentait qu’environ 9 % des revenus de Facebook en 2018. En outre, la FTC avait été sévèrement critiquée parce qu’elle n’avait pas forcé Facebook à modifier ses pratiques commerciales.
Ces derniers mois, la surveillance sur les GAFAM s’est intensifiée. Au cours de l’été, les démocrates de la Chambre des représentants des États-Unis avaient publié un rapport de 449 pages sur les pratiques monopolistiques d’Apple, Amazon, Facebook et Google, plaidant pour une application renforcée des règles antitrust.
Cette dernière plainte de la Commission fédérale du commerce, qui s’est jointe à la plainte déposée par 47 États américains ainsi que par Guam et le district de Columbia, aura de grandes répercussions sur Facebook et pourrait l’obliger à vendre Instagram et WhatsApp.

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :