• Home
  • GAFAM
  • De Cambridge Analytica aux Facebook files : l’Empire de Zuckerberg tiendra t-il le coup ?

De Cambridge Analytica aux Facebook files : l’Empire de Zuckerberg tiendra t-il le coup ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Alors que l’Empire de Facebook semble de marbre, insensible ou presque aux amendes, accusations et menaces des organismes de régulation, il suffirait d’une fuite interne de documents pour fragiliser ce colosse du Web et (peut-être ?) entamer son cours en Bourse[1]. En effet, la semaine dernière, le Wall Street Journal a compilé une série de documents internes à la firme, constituant ainsi les Facebook Files. Les révélations qui y sont faites sont loin d’être anecdotiques et pourraient bien affecter durablement sa popularité, son nombre d’utilisateurs et in fine son chiffre d’affaires. D’autant plus que ces dernières démontrent que l’entreprise avait pris connaissance des failles décrites, sans pour autant décider de les réparer.

En bref, voici les grandes lignes de ces révélations.

 

#1 Un programme VIP favoritiste

Tandis que l’égalité de toutes et tous concernant la modération des publications et contenus sur la plateforme était fièrement mise en avant par Mark Zuckerberg, la réalité est tout autre.

Le quotidien américain révèle en effet l’existence d’un programme secret de modération pour des membres VIP (XCheck). Ce programme permet ainsi à ses quelque 8 millions d’inscrits (artistes, responsables politiques, sportifs, influenceurs…) d’être exemptés de certaines règles de modération. Concrètement, cela aurait permis au joueur de foot Neymar d’inonder ses nombreux fans d’une photo dénudée de la femme qui le poursuivait pour viol (les photos ont finalement été supprimées par la suite).

Ce programme aurait pour finalité d’éviter les “incendies de presse” enclenchés par des propos de personnalités suscitant l’attention et la critique.

#2 Un impact dévastateur sur la santé mentale des jeunes générations

Autre critique de longue date adressée à Facebook :  les effets néfastes et pervers des réseaux sociaux (particulièrement Instagram) sur la santé mentale des jeunes utilisatrices et utilisateurs. Encore une fois, la firme a parfaitement connaissance de ce problème, en témoigne une enquête interne qui montre que 34 % des adolescentes déclarent qu’Instagram leur donne encore une pire image de leur corps[2].

Les échanges consultés par le Wall Street Journal (WSJ) attestent de l’inaction volontaire de la direction à ce sujet : “Les gens utilisent Instagram parce que c’est une compétition. C’est ça qui est amusant”[3], déclare un  responsable cité par le quotidien.

#3 Un algorithme qui antagonise les utilisateurs

En 2018, Facebook, conscient du désengagement progressif des utilisateurs sur la plateforme (baisse d’interactions sociales) décide d’opérer des changements sur son algorithme afin de  privilégier les contenus des proches, des amis et de la famille, plutôt que ceux venus d’entreprises. Toutefois, le résultat fut inverse, puisque “[Le nouvel algorithme] rendait Facebook, et ceux qui l’utilisaient, plus en colère”[4], écrit le quotidien américain. Le nombre d’utilisateurs a bien augmenté, mais ces derniers rejoignent des groupes extrémistes ou radicaux mis en avant par les outils de recommandation du réseau social, et partagent des contenus polémiques, de violence et de désinformation.

Malgré les avertissements de médias et partis politiques au sujet de cette tendance, Mark Zuckerberg se serait montré hésitant à mettre en place des améliorations, au risque d’affecter négativement l’engagement des utilisateurs. Néanmoins, le réseau social a décidé de mener une expérimentation dans quelques pays depuis février 2021, pour tenter de diminuer l’importance des commentaires et des partages dans la mise en avant de contenus dans le fil d’actualité.

#4 Le développement des cartels et trafiquants sur Facebook

Selon le WSJ, plusieurs employés auraient alerté l’entreprise par rapport à l’utilisation de la plateforme par des organisations criminelles, mais Facebook n’aurait pas mis en place un “un effort concerté et significatif pour résoudre ces problèmes”[5] (Brian Boland, ancien vice-président de Facebook). Ces organisations criminelles s’étendent du trafic d’êtres humains au Moyen Orient au recrutement des cartels de drogue au Mexique ou encore à l’appel à la violence contre les minorités ethniques en Ethiopie.

Pour le moment, si certaines pages sont supprimés du réseau social, d’autres demeurent actives et perpétuent leur activité criminelle via Facebook…

 

 

Après Cambrige Analytica, les Facebook Files risquent d’affecter à jamais la réputation de Facebook, qui devrait avoir de plus en plus de mal à recruter et fidéliser ses équipes autour d’un projet aux failles importantes et multiples. Ce scandale est d’autant plus puissant qu’il est né de révélations provenant de membres internes (ou ex membres) au géant du Web. Il ne reste maintenant plus qu’à observer quelles seront les réactions des femmes et hommes politiques français (et européens), ainsi que des utilisateurs de la plateforme.

 

 

 

[1] Pour le moment, nous n’observons pas d’impact sur le cours de la Bourse de l’entreprise.

[2] Petit, Geneviève. “Facebook Files, Ou L’IMPLOSION De L’empire.” Petit Web, 20 Sept. 2021, www.petitweb.fr/tendance/facebook-files-ou-limplosion-de-lempire/.

[3] Stelter, Brian. “Wall Street Journal’s FACEBOOK Files Series Prompts Comparisons to Big TOBACCO Wall Street Journal’s FACEBOOK Files Series Prompts Comparisons to Big Tobacco.” CNN, Cable News Network, 18 Sept. 2021, edition.cnn.com/2021/09/18/media/reliable-sources-facebook-files/index.html.

[4]Voir note 3

[5]Petit, Geneviève. “Facebook Files, Ou L’IMPLOSION De L’empire.” Petit Web, 20 Sept. 2021, www.petitweb.fr/tendance/facebook-files-ou-limplosion-de-lempire/.

 

Sources :
  • Horwitz, Jeff. “The Facebook Files.” The Wall Street Journal, Dow Jones & Company, 15 Sept. 2021, www.wsj.com/articles/the-facebook-files-11631713039.
  • Loire, Mathilde. “‘Facebook Files’: Les Dernières RÉVÉLATIONS QUI FRAGILISENT LA FIRME De Zuckerberg.” com, 17 Sept. 2021, lexpansion.lexpress.fr/high-tech/facebook-files-ce-que-contiennent-les-dernieres-revelations-qui-fragilisent-la-firme-de-zuckerberg_2158646.html.
  • Petit, Geneviève. “Facebook Files, Ou L’IMPLOSION De L’empire.” Petit Web, 20 Sept. 2021, www.petitweb.fr/tendance/facebook-files-ou-limplosion-de-lempire/.
  • Stelter, Brian. “Wall Street Journal’s FACEBOOK Files Series Prompts Comparisons to Big TOBACCO Wall Street Journal’s FACEBOOK Files Series Prompts Comparisons to Big Tobacco.” CNN, Cable News Network, 18 Sept. 2021, edition.cnn.com/2021/09/18/media/reliable-sources-facebook-files/index.html.

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :