• Home
  • CNIL
  • Cookies : la persistance des mauvaises pratiques  

Cookies : la persistance des mauvaises pratiques  

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Mardi dernier, une trentaine d’organisations nationales et internationales se sont ajoutées à la longue liste des mises en demeure par la CNIL au cours de cette année 2021. En effet, ces dernières et les quelque 60 (soit un total d’environ 90 organismes) ne permettent toujours pas aux internautes de refuser les cookies publicitaires aussi facilement que de les accepter.

Comme à son habitude, la CNIL n’a pas révélé le nom des concernés, mais ces derniers sont des établissements publics, des écoles d’enseignement supérieur, des sociétés dans le secteur de l’habillement et du transport, des sociétés dans la grande distribution ou encore dans la vente à distance[1].

Ces organismes ont donc un mois pour se mettre en conformité. Autrement, ils risquent une amende pouvant s’élever jusqu’à 2% de leur chiffre d’affaires.

Ces efforts et cette fermeté infaillible de la part de la CNIL semblent parfois vains, en témoigne la persistance des mauvaises pratiques en matière de cookies publicitaires, alors même que les directives de la CNIL sont claires et amplement expliquées.

Refuser les cookies doit être aussi simple que de les accepter

La règle est pourtant simple : les cookies doivent pouvoir être refusés de manière simple et rapide.

Libres aux sites, comme jeuxvideo.com ou encore Télé-Loisirs d’instaurer des ‘cookies walls’ conditionnant l’accès à leur contenu à un abonnement payant.

Des pratiques qui se dégradent ?

Les derniers contrôles réalisés par la CNIL ont permis de relever une violation importante des directives de la Commission : le dépôt de cookies soumis à consentement dès l’arrivée de l’internaute sur le site, avant même que ce dernier puisse décider ou non de les accepter.

De plus, il a été constaté que de nombreuses organisations présentent toujours des bandeaux d’information non conformes déposant les cookies publicitaires malgré le refus exprimé par les internautes.

Il ne reste plus qu’à espérer que l’année 2022 enclenchera la fin de ces mauvaises pratiques ainsi que l’ancrage de pratiques plus vertueuses.

 

[1] Cimino, Valentin. “90 Organismes Épinglés Par La Cnil Pour Violation Des Règles Sur Les Cookies.” Siècle Digital, Siècle Digital, 15 Dec. 2021, https://siecledigital.fr/2021/12/15/90-organismes-cnil-violation-cookies/?utm_source=Newsletter%2BSiecle%2BDigital&utm_campaign=3240d471a0-newsletter_quotidienne&utm_medium=email&utm_term=0_3b73bad11a-3240d471a0-259693738.

 

Sources :

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :