• Home
  • Adtech & Media
  • Biden appelle à s’unir contre les abus des grandes entreprises technologiques

Biden appelle à s’unir contre les abus des grandes entreprises technologiques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Une récente tribune de l’administration Biden a appelé à un effort bipartisan pour mettre en place des réglementations plus strictes sur la façon dont les grandes entreprises technologiques collectent et utilisent les données personnelles, y compris une interdiction totale de la publicité ciblée pour les enfants.

L’article du Wall Street Journal affirme que le gouvernement fédéral a atteint le point de non-retour de sa législation en matière de réglementation des grandes entreprises technologiques et que des réformes majeures sont nécessaires, notamment une modification des règles de la section 230 qui séparent légalement les plateformes en ligne du contenu qui y est auto-publié. 

L’administration a également évoqué la possibilité d’un examen antitrust encore plus poussé, affirmant que des « règles de conduite plus équitables » étaient nécessaires pour que les petites entreprises naissantes ne soient pas « étouffées » par les grands acteurs technologiques.

Le thème principal de cette tribune était la nécessité de mettre de côté les différences partisanes pour réduire le pouvoir des grandes entreprises technologiques, principalement en limitant la manière dont ces entreprises collectent et utilisent les données personnelles.

L’article soutient les principales dispositions d’un projet de loi bipartisan sur la protection de la vie privée présenté au Sénat en 2022, qui préconise de limiter davantage la publicité ciblée, notamment en l’interdisant totalement aux enfants. Le projet de loi avait également proposé de relever l’âge des protections spéciales pour les mineurs de 12 à 16 ans.

L’administration a également réitéré sa position sur la révision de la section 230, le code qui garantit que les grandes plateformes technologiques ne peuvent être tenues responsables en tant qu' »éditeur » ou  » orateur  » de tout contenu posté ou téléchargé par leurs utilisateurs (en dehors des actes criminels et des violations de la propriété intellectuelle). 

L’opposition de l’administration à la section 230 est fondée sur la conviction que la désinformation et la mésinformation sont monnaie courante sur les médias sociaux et que ces plateformes ne font pas assez pour les modérer.

L’éditorial aborde également les questions antitrust, mais sans donner beaucoup de détails. Elle appelle à des règles du jeu plus équitables pour les nouveaux venus, un thème qui a été repris dans les enquêtes antitrust existantes sur l’App Store d’Apple, entre autres.

L’une des critiques spécifiques soulevées par le communiqué concerne l »exploitation » des données personnelles par les grandes entreprises technologiques et la manière dont leur manque présumé de modération du contenu favorise « l’extrémisme et la polarisation ».

L’administration a également cité des risques pour les droits civils des femmes et des minorités, mais n’a pas fourni d’exemples précis.

Bien que l’éditorial de Biden ne fasse pas foncièrement avancer le débat sur les excès de la technologie et les solutions envisageables, il déclare publiquement son opposition (à contrecœur) aux problèmes du monde de la technologie. 

Évaluez votre niveau
de conformité

En quelques clics,
lancez sans engagement
et en toute conformité un
audit flash !

Pour recevoir votre audit flash gratuit et sans engagement, merci de bien vouloir remplir ce formulaire :